Michel BARTH écrivain

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

24oct.

Le refus du Système

79BF6E74299E7CB6235A57F728310.jpg

Au cours des Primaires socialistes, aucun candidat , aucun des journalistes qui interrogeaient les candidats , aucun commentateur dans les débats qui ont suivi – aucun , jamais –n’ont abordé quelques-uns des points ultrasensibles qui donnent de l’urticaire aux abstentionnistes , à ceux du moins qui ne prennent plus la peine de voter puisque le vote blanc , celui du refus du Système, n’est pas pris en compte .

Parmi ceux-là, LA LAICITE bien sur. Les religions, après les guerres, conflits sanglants et autres exactions auxquels elles ont contribué au cours de notre Histoire, ont trouvé la solution républicaine à leurs influences dans la loi de 1905 .

Depuis, une autre religion, qui veut assurer la domination de la loi de Dieu (charia) sur la loi des hommes (laïcité républicaine) tend à conquérir notre espace culturel traditionnel, de façon provocante et parfois raciste sous bien des aspects, faisant naturellement suspecter un clientélisme électoraliste .

Citons aussi , LE COUT DES GUERRES  menées en Cote d’Ivoire , Afghanistan , Lybie , cout  jamais détaillé mais exorbitant pour un Etat (nous,les contribuables) qui veut jouer les gendarmes du monde , alors que nos caisses sont vides et nos besoins immenses .

Enfin , parmi les thèmes « poussés sous le tapis » , LES SALAIRES , RETRAITES et EMOLUMENTS DIVERS et VARIES (pendant et après leur activité) de nos élus de hauts niveaux , véritables provocations pour tant d’entre nous .

De tout cela qui n’est jamais abordé par personne, vous aurez le détail en lisant « URTICAIRES , ou LA VOIX DES ABSTENTIONNISTES « car Michel BARTH se veut et se fait le porte-parole de tous les exploités politiques et économiques , dont aucun organe de presse ne vous livrera la redoutable vérité .

04oct.

Ce qui manque cruellement au discours des candidats aux primaires : La laïcité.

urticaires.png

Dans notre République chacun a le droit de croire ou de ne pas croire, chacun a le droit de prier quand il le souhaite chez lui ou dans les lieux de culte destinés à cet acte. Mais comment supporter, non pas l’Islam qui a droit de cité dans notre République , mais la rapidité avec laquelle cette religion, en quelques décennies seulement, c’est-à-dire en très peu de temps à l’aune de l’histoire de France, a enfanté une culture totalement inconnue chez nous. Je dis une culture, car la plupart de ses éléments publics n’ont rien à voir avec le Coran. POURQUOI FAUDRAIT-IL ETRE TAXE DE SUPPOT DU FN, DE RACISTES OU D’ISLAMOPHOBES lorsqu’on stigmatise , non pas une religion que chacun appréciera comme il l’entend, comme toutes les autres religions, mais une CULTURE qui nous bouscule et parfois nous choque, avec laquelle il nous faudrait « vivre ensemble » , avec ses familles polygames, l’irruption d ’une quantité énorme de mosquées (5535 en France) toujours insuffisantes en nombre pour les fidèles de ce nouveau culte, les modes alimentaires qui éclatent et le rapport aux femmes lié à la charia.

URTICAIRES vous apportera une information aux sources probantes

13juil.

Un homme sans fard

MachineEcrire1.jpg

Qu’il s’agisse de religions et de leur place et de leurs incidences sur nos mentalités du xxi ème siècle.

Qu’il s’agisse de sexualité, de la vision que nous avons de leur place et de l’évolution des mœurs et des mentalités.

Qu’il s’agisse de politique, de droite, de gauche, du centre réservoir du 2ème tour, des extrêmes, depuis trente ans les finances de l’état gérés « en bon père de famille » n’ont fait qu’augmenter une dette qui , au point culminant qu’elle atteint aujourd’hui, nous oblige, nous les employeurs-payeurs de nos élus et de nos ministres, à emprunter pour payer les seuls  intérêts de la dette…

De qui se moque-t-on depuis si longtemps?

Pour qui nous prend-on?

 Qu’il s’agisse de Franc-maçonnerie au visage constamment truqué par des journalistes partisans et mal informés.

 Qu’il s’agisse des faits de société qui font débat, prisons, écoles, mort, souffrance, droit à la vie ( à quelle vie?).

Vous saurez tout en lisant les livres de Michel Barth, un homme sans fard et au langage direct qui vous surprendra.